26 janvier 2021

RE 2020 : la fin du gaz naturel dans les bâtiments neufs ?

RE 2020 : la fin du gaz naturel dans les bâtiments neufs

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, ont dévoilé, en novembre dernier, les nouvelles dispositions de la réglementation environnementale des bâtiments neufs : la RE 2020. Cette norme vise notamment l’exclusion progressive du chauffage au gaz à partir de l’été 2021. Quels sont les changements à prévoir ? Le gaz doit-il vraiment être écarté des bâtiments neufs ? On vous dit tout.

RE 2020 : est-ce la fin programmée du gaz ?

Oui et non. Oui, la nouvelle réglementation évoque une « disparition progressive des logements neufs chauffés au gaz ». Non, elle ne parle pas d’interdiction stricte. Seules les émissions de gaz à effet de serre sur toute la durée de vie des bâtiments seront prises en compte dans les consommations d’énergie. Et un seuil maximal sera appliqué.

Ce renforcement des contraintes écarte alors les installations de chauffage utilisant exclusivement le gaz. C’est le cas pour les maisons individuelles neuves dans un premier temps, pour lesquelles le chauffage au gaz sera interdit dès l’été 2021.Selon Barbara Pompili « il y aura un avant et un après RE 2020 ». L’objectif de la RE 2020 est de pouvoir être en capacité d’éviter les énergies fossiles et le gaz dans les nouveaux logements. Avec cette réglementation environnementale plus ambitieuse, la réforme vise à diminuer l’impact écologique du secteur du bâtiment.


Quel est le seuil maximal d’émissions carbone pour le chauffage ?
  • Dans une maison individuelle le seuil maximal est de 4 kgCO₂/m²/an.
  • Dans des logements collectifs, il devra être de 14 kgCO₂/m²/an entre 2021 et 2024 (le chauffage au gaz restera encore possible dans les bâtiments aux performances énergétiques élevées), puis de 6 kgCO₂/m²/an sur le long terme.

Bien entendu, les bâtiments existants ne sont pas concernés par cette nouvelle réglementation. Même s’il est fortement recommandé de privilégier des systèmes de chauffage tels que des pompes à chaleur hybrides par exemple. À savoir que ces travaux de rénovation énergétique peuvent être partiellement financés par l’État.

Faut-il pour autant renoncer complètement au chauffage au gaz pour son logement en construction ? Si oui, par quel système le remplacer : pompes à chaleur, chauffage biomasse, réseaux de chaleur… ? On fait le point.

L’abandon du gaz est-elle la seule solution ?

Le gaz : une matière stockable et accessible

Pour maintenir un mix énergétique équilibré et diversifié, il est primordial de disposer du gaz, qui reste une matière stockable et disponible en continu. Le gaz, très performant, permet aussi de venir répondre à la hausse des besoins en énergie des Français pendant les périodes de froid. 

Qu’en est-il de l’électrique ?

Le tout-électrique présente certes une réponse écologique (en France tout du moins grâce au nucléaire), mais encore faut-il pouvoir répondre à la demande des consommateurs.

Même si le gouvernement exclut des pannes généralisées, les complications liées à l’approvisionnement électrique ne sont pas à écarter : en cas de vague de froid importante cet hiver (prévue notamment en février 2021), le tout-électrique pourrait amener des difficultés. C’est en tout cas ce qu’a évoqué RTE, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension en France métropolitaine, en novembre dernier.


L’impacte de la crise sanitaire

En France, 70 % de l’électricité consommée provient du nucléaire. Or la pandémie du Covid-19 a retardé la maintenance des réacteurs au printemps. Conséquence ? Les travaux programmés initialement en prévision de l’hiver n’ont pas été réalisés. Certains réacteurs vont devoir stopper leur activité alors que nous sommes dans une période de forte sollicitation électrique.


🦠 L’influence du Covid-19 sur la consommation de gaz naturel 📉

Le gaz naturel : un renfort indispensable

C’est le gaz naturel qui va être sollicité pour pallier le manque lié à l’impact de la crise sanitaire et produire l’électricité nécessaire, afin d’éviter le black-out. Cette solution reste toutefois bien plus écologique que le recours au pétrole ou au charbon.

D’autant plus que le gaz naturel peut faire partie des objectifs de la transition énergétique, grâce au gaz vert. La France a d’ailleurs pour ambition d’atteindre une utilisation de gaz renouvelable à 100 % d’ici 2050.

Le gaz est une énergie souvent économique et qui reste aujourd’hui incontournable dans de nombreux foyers français. Mais les enjeux écologiques viennent changer la donne. La réforme RE 2020 est un acteur majeur de cette transformation et impose un nouveau tournant décisif — et progressif — de l’usage du gaz pour les nouveaux bâtiments. Rendez-vous en été 2021 !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie