6 janvier 2022

Prix du gaz en décembre 2021: un prix record dans un marché peu liquide

Decembre 2021

Décembre a été le mois de tous les records pour les prix du gaz naturel. En débutant à des niveaux élevés reflétant déjà les difficultés d'approvisionnement face à la l'importante demande, l'actualité est venue ajouter son grain de sable en accentuant le déséquilibre offre/demande dans un contexte de fin d'année où le nombre de transactions était très faible (marché peu liquide). Résultat, les prix ont littéralement explosé. Passant d'environ 95€/MWh en début de mois à près de 185€ peu avant Noël. Deux effets ont contribué à corriger à la baisse les prix du gaz (-100€/MWh tout de même !). 

  • l’approvisionnement en GNL vers l’Europe pour ce début d’année (prix européen plus élevé que le prix asiatique et combiné à un appétit moindre pour cette commodity de la part de l’Asie)
  • Une météo plus clémente avec des températures au-dessus des normales de saison a permis de réduire quelque peu le risque sur les prix

Le MaGAZine revient sur ce mois complètement fou.

Le prix du gaz (spot) de décembre 2021

Le mois de décembre a été pour le moins mouvementé. On peut y distinguer 3 phases.

Dans un premier temps, les prix ont connu une légère baisse en raison des inquiétudes liées au variant Omicron. Les acteurs économiques se demandant si ce dernier, compte tenu de sa contagiosité, n'allait pas impacter la croissance économique et la demande de gaz naturel.

Mais ces inquiétudes ont laissé rapidement la place à un certain optimisme côté demande. En revanche, côté offre (approvisionnement) les choses se sont largement gâtées en raison des tensions à la frontière ukrainienne. L'Allemagne a laissé entendre qu'elle envisageait de ne pas autoriser la mise en service du gazoduc North Stream 2. Et comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule, le bien nommé gisement gazier Norvégien "Troll" a subi un incident technique. La semaine suivante, les températures ont en plus baissé largement en dessous des normales de saison. Ces 3 facteurs ont provoqué la forte hausse des prix que nous avons connu mi-décembre. En revanche c'est bien l'absence de liquidité des marchés qui est responsable de son ampleur. On dit d'un marché qu'il est peu liquide lorsque le nombre de transactions qui permettent d'y fixer un prix est faible. Or nous étions à ce moment-là à l'approche des fêtes de fin d'année... Les prix ont atteint de tels niveaux que bon nombre de fournisseurs ont tout simplement "arrêté de quoter" car pour pouvoir trader il faut apporter des liquidités (margin call) pour couvrir les positions.

En fin de mois, deux bonnes nouvelles sont venues détendre la tension sur l'approvisionnement : d'une part la Russie a réservé des capacités supplémentaires de transport de gaz à destination de l'Allemagne (via la Pologne), et d'autre part plusieurs bateaux méthaniers en provenance des Etats-Unis ont été envoyés vers nos ports. Résultat, une correction à la baisse record d'environ 100€/MWh !

Les prix du gaz futur

En décembre l'ensemble des prix futurs suivent une tendance similaire à ceux du spot et semblent converger vers 70€/MWh.

CAL 22 et CAL 23

Le CAL 22 suit globalement la tendance des prix spot. Le CAL 23 reste a des niveaux élevés mais reste, forte logiquement, moins sensible aux tensions du moment.

Le Baril de Brent connaît sur décembre une tendance haussière liée principalement à l'optimisme des acteurs pétroliers quant aux conséquences d'Omicron sur la demande. En effet, ces derniers considèrent que le variant dominant du moment n'entravera point la croissance et la demande en pétrole (notamment la mobilité internationale). Ils décident donc logiquement de maintenir l'augmentation de production fixée à 400 000 barils par jours. La légère baisse constatée en milieu de mois reflète toutefois un doute sur la dangerosité du variant mais dès la semaine suivante la baisse plus importante que prévue des stocks de pétrole Américains permet une reprise de la hausse des prix.

Le taux de change Euro-Dollar

Sur le mois de décembre, l'euro n'évolue pas de façon significative face au dollar américain. Ce qu'il faut retenir sur l'année 2021 c'est que l'euro a perdu face au dollar en raison des différences de politiques de leurs banques centrales respectives. L'euro cède plus de 7% (sa plus mauvaise performance depuis 2015).

La température

Le mois de décembre a été plutôt conforme aux normales de saison. Tout du moins sur les deux premiers tiers du mois. Un froid plus intense s'est fait sentir juste avant les fêtes de Noël et juste après les températures sont remontées de façon significative pour atteindre des niveaux printaniers.

CO2 et Charbon

Le prix de la tonne de CO2 a atteint un nouveau record en début de mois à 90€/tonne, fortement soutenu par la flambée des prix du gaz ainsi que par l'annonce d'une nouvelle coalition de gouvernement en Allemagne ne cachant ses accointances avec l'écologie. Le prix chute dès la semaine suivante enregistrant sa plus forte baisse depuis mars 2020, tombant même en dessous de 75€/tonne. La tendance sur la fin du mois est haussière.

Dans un monde où le charbon devient une évidence tant la demande électrique est intense et l'approvisionnement en gaz limité, certains pays continuent de fermer leurs centrales nucléaires et à bloquer la mise en service de gazoducs. Logiquement le prix du charbon explose sur décembre 2021 jusqu'à atteindre sur la moitié du mois des prix supérieurs à 140€/tonne. Néanmoins grâce au volontarisme de la part du gouvernement chinois d’utiliser au maximum leur capacité de production la hausse du prix a été contenue.

Le mois de décembre a vraiment été fou. Tant sur le niveau de prix atteint que par les variations de prix sur de si petites périodes. Le marché, très peu liquide, a rendu ses variations possibles et certainement semé le chaos chez les acheteurs de gaz en cette fin d'année 2021. Allez on passe à 2022 et on en parle plus ! Sauf que l'hiver gazier n'est pas encore terminé et que les problèmes de fond sur l'approvisionnement ne sont pas encore réglés... Nous vous en dirons plus lors de notre prochaine analyse mensuelle ! En attendant, suivez nos analyses chaque semaine en vous abonnant à la Weekly ici.

Vous pourrez retrouver l'ensemble de nos analyses mensuelles ici.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie