18 novembre 2021

Prix du gaz en Septembre et Octobre 2021 : une entrée en hiver compliquée.

Le mois d'août avait été marqué par l'intensification de la hausse des prix du gaz naturel. Cette forte hausse avait de quoi interpeller à l'époque. Les prémices d'un véritable tremblement de terre dans les deux mois qui allaient suivre. Les prix du gaz ont battu tous les records en Septembre et en Octobre... Comment comprendre la crise que nous traversons actuellement ? Quelles sont les perspectives de sortie ? Le MaGAZine fait le point.

Les prix du gaz (spot) en Septembre et Octobre 2021

Nous avions bouclé le mois d'Août à des niveaux de prix déjà très élevés pour la période mais l'entrée dans l'hiver gazier n'a fait qu'accélérer le phénomène. Les prix ont atteint un premier pic au dessus des 70€ du MWh le 15 Septembre avec un incendie sur un transformateur électrique britannique (qui a nécessité de compenser avec l'import de gaz naturel supplémentaire). Nous avions pu penser à l'époque avoir atteint le haut de la vague avec cet événement ponctuel, mais il n'en était rien...

La correction des prix qui a suivi fut de courte durée et très rapidement nous retrouvions des niveaux de prix s'approchant de 75€/MWh. Après s'être stabilisés quelques jours, les prix se sont complètement emballés. Entre le 26 septembre et le 5 octobre, les prix sont passés de 67,7 €/MWh à 114 €/MWh (soit une progression de près de 70% en l'espace de quelques jours.

Ce tourbillon a d'ailleurs emporté un grand nombre de fournisseurs d'énergie outre-manche, qui se sont retrouvés dans l'incapacité de faire face à ce niveau de prix pour fournir leurs Clients.

Comment justifier cet emballement ?

Ce n'est pas parce que la crise est violente que les explications sont compliquées. Il s'agit simplement d'un gros déséquilibre entre une Offre limitée et une Demande galopante.

Côté Demande : la reprise économique post pandémie (même si cette dernière n'a pas dit son dernier mot) a entraîné une augmentation de la consommation énergétique mondiale, essentiellement portée par la zone Asie, très demandeuse en GNL.

Côté Offre : Les capacités d'approvisionnement via gazoducs sont limitées (les maintenances en retard pour cause de pandémie et les incidents ponctuels n'ont pas aidé). De plus, le GNL se fait rare dans nos contrées en raison de la concurrence asiatique. La fin de construction de Nord Stream 2, ou encore la prévision de redémarrage prochain de Norway LNG n'ont pas suffit à contenir les prix.

Le GNL a pris aujourd'hui une importance telle qu'il a transformé le marché du gaz en profondeur.

Les prix du gaz futurs

L'Hiver 2022 est redouté. Les prix pour se fournir en gaz naturel sur le 1er trimestre 2022 se sont maintenus au-dessus de 90 €/MWh pendant une bonne partie du mois d'octobre avant d'être revus à la baisse en fin de mois, légèrement au-dessus de 60€ /MWh. Une belle baisse de 30€/MWh tout de même, imputable à l'intervention du président Russe Vladimir Poutine qui a demandé à Gazprom de remplir ses capacités de stockage en Europe après avoir terminé de remplir ses propres stocks domestiques (aux alentours du 7 Novembre).

CAL 22 et CAL 23

Le CAL 22 évolue en Septembre - Octobre en 35 €/MWh et 65€/MWh. Il suit, comme souvent, la tendance des prix spots. Le CAL 23 est également légèrement impacté par la folie du spot mais garde la tête froide en limitant la casse avec un plus haut à 33,8€/MWh.

Le prix du Brent

La tendance est à la hausse pour les cours du Brent, et pas qu'un peu... Comme pour le gaz, l'Offre de pétrole peine à satisfaire la Demande post pandémie. La tentative Chinoise de se servir de ses réserves stratégiques et l'injection par l'OPEP de 400 000 barils supplémentaires par jour n'ont pas permis de maintenir les prix aux niveaux espérés (moins de 75$ le baril). L'Offre reste fortement contrainte en raison de divers événements tels que les conséquences de l'ouragan Ida dans le Golfe du Mexique ou les maintenances au Kazakhstan.

Le taux de change Euro/Dollar

L'Euro cède énormément de terrain au dollar en raison de l'inflation aux Etats-Unis couplée à la prudence du discours de la banque centrale européenne. Le dollar atteint son plus haut niveau face à l'euro depuis juillet 2020 à 1,158 dollars pour un euro.

La température

Les températures en septembre et octobre ont été globalement au-dessus des normales de saison... Mais pas de quoi ralentir la Demande.

CO2 et charbon

L'explosion des prix du gaz naturel entre septembre et octobre voit le retour en grâce du charbon. Son prix dépasse 275 € la tonne avant de se corriger puis de se stabiliser aux alentours de 230 €/t sur la fin de du mois.

Ces deux derniers mois ont été particulièrement éprouvant pour les Clients du Gaz Naturel confrontés à des niveaux de prix inédits ainsi que pour les fournisseurs pour qui la volatilité et le niveau des prix ont fait exploser les risques. Face à ce déséquilibre entre Offre et Demande les marchés guettent le moindre signal positif qui leur permettrait d'établir une trajectoire de sortie de crise. Au delà d'un retour des beaux jours, on compte beaucoup sur la mise en service de Nord Stream 2 (aujourd'hui empêtré dans les méandres réglementaires allemands). Pour suivre ce qui se passe actuellement sur les marchés ne manquez pas notre point hebdomadaire en vous abonnant à la Weekly.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie