10 septembre 2021

Prix du gaz en août 2021 : chaleur sur le spot.

Le mois dernier avait vu les prix spots du gaz naturel gagner 6 euros, passant de 35€/MWh à 41€/MWh. Le mois d'Août partait donc déjà de (très) haut. Que s'est-il passé sur les marchés ? La tendance haussière s'est renforcée. Pourquoi ? C'est ce que nous allons tenter d'expliquer dans cette analyse mensuelle !

Les prix du gaz (spot) en juillet 2021

La tendance haussière des prix spots du gaz naturelle s'est renforcée. Le Gaz gagne un peu plus de 8€/MWh sur le mois pour s'établir pas loin des 50€/MWh. Une barrière symbolique qui en général est atteinte de façon très conjoncturelle, en cas de pic de froid par exemple, lorsque l'hiver bat son plein... Comment expliquer cette situation en plein été gazier ?

La Demande reste très importante dans le monde en raison de la reprise généralisée et de la demande en électricité pour alimenter les climatiseurs. Et dans le même temps l'Offre est limitée et ce pour plusieurs raisons :

  • Un incendie dans une usine de condensat en Russie en Sibérie occidentale a considérablement impacté l'approvisionnement
  • Les réserves de gaz au niveau Européen restent à des niveaux inquiétants (68% du potentiel à 1 mois du début de l'hiver gazier)
  • L'Algérie a laissé entendre qu'elle pourrait faire l'économie d'un gazoduc reliant l'Espagne via le Maroc. Or l'Espagne est déjà très isolée énergétiquement (en bout de chaîne des gazoducs amenant via la France du gaz Norvégien et Russe).
  • Les prix très élevés du Charbon ont tendance à augmenter la production électrique à base de gaz naturel.

Cette tendance haussière importante a connu un coups d'arrêt très violent en milieu de mois. Cette baisse des prix inopinée est liée à une erreur dans les flux de données sensés estimer la quantité de gaz injectée. Pendant quelques heures il a été annoncé aux marchés que de grandes quantités de gaz naturelles pourraient bientôt transiter via le North-Stream 2 provoquant une baisse de 10% des prix, rattrapée par la réalité les jours suivant pour retrouver leurs niveaux et poursuivre la tendance à la hausse.

Cela pose la question de la dépendance extrême à la donnée du trading, de l'impact d'une nouvelle infrastructure sur les prix du gaz ainsi que de la réaction des traders (human after all) face à un tel évènement. (merci à Greg Molnár pour son analyse)

Les prix du gaz futurs

Comme le mois dernier, les grandes tendances sont suivies par les prix futurs. Nous noterons tout de même une différence majeur : c'est l'hiver qui est craint (Q4 2021 et Q1 2022). Les prix pour le second trimestre 2022 progressent certes, mais demeurent à des niveaux bien plus bas que les produits trimestriels couvrant les mois d'hiver.

CAL22 et CAL23

Du côté des produits calendaires, le CAL22 (c'est à dire le prix du gaz pour couvrir sa fourniture pour toute l'année 2022) suit la tendance haussière mais reste entre 27 et 35€/MWh. Le CAL 23 progresse moins vite, il ne prend que quelques euros sur la période et se maintient en dessous de 25€/MWh.

Le prix du Brent

Le prix du Brent a connu deux tendances en Août. Il a commencé par baisser au cours des 3 premières semaines du mois. Plusieurs raisons à cela :

  • L'augmentation du nombre de cas de variant Delta en Asie et la perspectives de nouvelles mesures sanitaires.
  • Une augmentation inattendue des réserves de brut en début de mois
  • Un désaccord en Washington et l'OPEP+ portant sur l'augmentation souhaitée par les Etats-Unis de voir la production de brut augmenter pour soutenir la reprise économique

A partir de la semaine 34 la tendance s'est totalement inversée. La force de la reprise économique et l'optimisme qui l'accompagne ont finalement eu raison de la baisse du Brent. Côté Asiatique, les craintes liées à la reprise de la pandémie face au variant Delta s'estompent. Cette hausse aurait pu être encore plus importante si les Etats-Unis n'avaient communiqués sur une baisse de leurs stocks de brut et si il n'y avait pas eu de perturbations du côté des producteurs du Golf du Mexique.

Le taux de change Euro/Dollar

L'Euro a perdu du terrain face au Dollar au cours des 3 premières semaines du mois d'Aout suite à l'annonce de résultats supérieurs aux attente de l'emploi américain en Juillet. Les incertitudes liées à l'Afghanistan, à la Chine et à la Pandémie font du Dollar une valeur refuge.

L'Euro se reprend bien les deux semaines suivantes grâce à la Fed qui reste vague sur le retrait de ses mesures de soutien à l'économie américaine.

La température

Avec des normales saisonnières aux alentours de 25 degrés ce mois d'Août a été plutôt "normal". En tout cas, il n'y a rien ici pouvant justifier le niveau de prix actuel !

CO2 et Charbon

La hausse générale des prix de l'énergie impacte le prix de la tonne de CO2 qui augmente sur le mois de 5€. Le CO2 augmente faiblement en Août mais était déjà à des niveaux élevés. De son côté, le charbon, toujours aussi demandé pour soutenir la production électrique (Allemande et Polonaise) prend 10€ sur la période.

Le mois d'Août a été marqué par l'intensification de la hausse des prix du gaz naturel en plein été Gazier réputé pour être une période propice aux prix bas en raison de la clémence des températures. En Mars 2018 les prix avaient déjà brièvement atteint la barre des 50€/MWh avant de revenir à des niveaux plus bas. Ce qui doit nous interpeler dans la situation actuelle c'est le timing. Cette forte hausse intervient avant l'hiver gazier et on serait en droit de s'attendre à ce qu'elle se poursuive au moins jusqu'à fin mars 2022 (fin de l'hiver gazier 21-22). Un mince espoir réside tout de même dans les capacités complémentaires d'acheminement de gaz Russe via l'Ukraine (à court terme) qui pourraient trouver acquéreur et soulager quelque peu la pression, ainsi que sur la mise en service prochaine de North-Stream 2 qui, enfin achevé, pourrait donner du méthane de l'air aux marchés.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie