10 juin 2021

Prix du gaz en mai 2021 : est-ce la fin de la hausse ?

Prix du gaz mai 2021

Si le mois d’avril avait été marqué par une véritable tendance à la hausse les prix semblent ralentir voir se stabiliser en mai 2021. Oscillant entre 22 et 27€/MWh les prix du gaz naturel finissent le mois de mai sans véritable évolution mais à bien y regarder, il s’est tout de même passé des choses. Le MaGAZine fait le point sur un mois de mai quelque peu agité.

Les prix du gaz en mai 2021 (spot)

Les deux premières semaines de mai ont été marquées par des hausses importantes du prix du gaz naturel. Plusieurs raisons ont été évoquées dans nos newsletters hebdomadaires afin d’expliquer cette tendance haussière somme toute assez importante pour un mois censé ouvrir la saison estivale. 

  • Le prix du carbone incite à ouvrir les centrales à gaz plutôt que les centrales à charbon très coûteuses en quotas CO2.
  • L’approvisionnement n’est pas au top de sa forme, les flux de gaz russes ont considérablement diminué suite à un nouvel accord de transit signé avec l’Ukraine lui permettant de consommer davantage de gaz naturel issu du gazoduc traversant son territoire. Côté Norvégien les maintenances en cours planifiées mettent également la pression sur l’approvisionnement.
  • La demande asiatique en GNL est forte et les prix suffisamment attractifs pour faire se dérouter les méthaniers vers le levant au détriment de l’approvisionnement européen.
  • Pour parachever le tout, les niveaux de stockages, déjà bas, peinent à se remplir en raison de toutes les raisons citées ci-dessus.


Au regard de toutes ses raisons, les prix du gaz ne pouvaient qu’augmenter de façon significative. Mais deux événements sont venus mettre un terme à cette tendance :

  • Le 19 mai, les Etats-Unis ont levé officiellement les sanctions visant le projet Nord Stream II permettant au projet de reprendre. Pour rappel, le Gazoduc sous-marin Nord Stream II vient doubler les capacités existantes afin de relier, via la Mer Baltique, la Russie et l’Allemagne. Ce projet titanesque a été mis en place afin de satisfaire les besoins des centrales à gaz allemandes qui viendront bientôt remplacer les centrales à charbon (qui tournent à plein régime depuis la fermeture de toutes les centrales nucléaires).
  • L’autre raison permettant de justifier cette baisse brutale est liée aux prix de la tonne de CO2 (en semaine 20) qui ont permis de favoriser l’utilisation de la production électrique à base de charbon en Europe et donc de réduire la demande en gaz naturel.

Les deux dernières semaines du mois ont été relativement stables. On observe tout de même une légère hausse rapidement corrigée en semaine 23. La vitesse d’injection dans les infrastructures de stockage accélère de façon notable.

Les prix du gaz futurs

Tout au long du mois de mai les prix pour le 3ème trimestre ont connu une situation de backwardation (ils étaient inférieurs aux prix spots)

A l’inverse, les prix pour le 4ème trimestre 2021 et le 1er Trimestre 2022 étaient supérieurs aux prix spot. Ils comprennent la période hivernale donc rien d'étonnant à les voir légèrement au dessus des prix spot de mai.

Qu’il s’agisse des prix annuels pour une livraison en 2022 ou 2023, nous nous retrouvons bien en dessous des prix spot du mois de mai.

Les prix futurs et calendaires suivent une tendance proche de celle des prix spots avec une certaine atténuation dépendant de la période nous séparant de la livraison effective. Autrement dit, il apparaît clair pour les marchés que la maintenance d’un gazoduc aujourd’hui n’aura que peu d’impact dans deux ans, et pourtant, il y a matière à comparer.

Regardons à présent les autres drivers ayant pu avoir un impact sur les prix du gaz en mai 2021…

Le Pétrole (Brent)

La tendance est haussière pour le Brent au cours de ce mois de mai. Relativement stable sur la première partie du mois, soutenu par le renforcement de l’économie Américaine et les perspectives de reprise, il connaît toutefois une baisse de près de 5$ (semaine 20). Cette baisse était difficilement prévisible. Côté Américain, nous restions sur des informations d’augmentations des stocks moins importants que prévu… En revanche, les craintes portant sur l’évolution de la pandémie, hors de contrôle, en Inde ont créé un mouvement de panique sur les marchés suite à l'annulation d'importations. Cette baisse a été rapidement compensée les jours suivants. Mieux que ça, les prix du Brent dépassent en fin de mois le record annuel de la commodité.

Le taux de change (Euro/Dollar)

Après un début de mois en légère baisse, l’euro reprend du poil de la bête profitant d’une certaine volatilité liée à des craintes d’inflation outre atlantique (rapidement dissipées).

En milieu de mois, les annonces du recul du PIB allemand sur le premier trimestre 2021 n’ont pas semblé affecter le rapport euro-dollars outre mesure. En effet, des indicateurs plus récents sont bien plus encourageants. En parallèle, si la FED brille par sa volonté de ne surtout rien changer, la BCE laisse entendre qu’elle pourrait durcir sa politique monétaire afin de renforcer l’euro. Dès la semaine suivante, l’euro atteint logiquement son plus haut annuel, à 1,22 dollars. Une situation légèrement corrigée par un rebond du dollars en fin de mois.

La température

Les températures en mai 2021 ont été particulièrement fraîches ( -1,3°C par rapport à la moyenne 1981 - 2010). C’est ni plus ni moins que le mois de mai le plus frais enregistré dans le pays depuis 2013.

CO2 & Charbon

Le mois de mai 2021 a été un mois historique pour le prix du quota de CO2. Il a rapidement dépassé les 52 euros la tonne avant de d’approcher les 57€ en milieu de mois. Une correction est ensuite provoquée par le lancement du marché CO2 britannique.

De son côté, le charbon semble faire relativement fi du marché du carbone poursuivant une augmentation de prix quasiment constante tout le mois. Il dépasse les 85 euros la tonne.

Abonnez-vous à la Weekly pour recevoir chaque lundi par email une analyse des prix de la semaine précédente ! Vous pouvez retrouver toutes nos analyses mensuelles ici.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie