7 mai 2021

Prix du gaz en avril 2021 : CO2 et stockage dans le viseur

En passant de 19 à 23€ / MWh, les prix spots du gaz naturel ont connu une progression importante en avril 2021. Cette tendance haussière est principalement liée au faible taux de remplissage des capacités de stockages qui peinent à se refaire alors que nous sommes sortis de la période tendue. Regardons tout cela de plus près.

Les prix du gaz en avril 2021 (spot)

Après un début de mois plutôt stable, la semaine 15 voit s'amorcer une tendance haussière qui, bien qu’interrompue brièvement, s'étire jusqu’à la fin de la semaine 17. Nous avons connu une sortie d’hiver difficile comme nous vous l’indiquions dans la dernière analyse mensuelle. Cette sortie de l’hiver nous a laissé des stocks de gaz au plus bas (environ 20% de capacités disponibles). Et alors que nous espérions tous pouvoir commencer à les remplir à nouveau pour préparer l’hiver prochain, nous peinons à les reconstituer en raison d’un approvisionnement tout juste suffisant pour assurer nos consommations d’avril. 

Les températures sous la moyenne ont dopé la consommation du segment résidentiel (entrainant une demande bien plus importante qu'anticipée). La consommation d'électricité a également été impactée par le climat et compte tenu du prix élevé des quotas de CO2 le charbon a été en partie snobé et des centrales à gaz ouvertes pour compenser. Le gaz naturel se retrouve donc à devoir alimenter trois segments en même temps (résidentiel, centrales et stockage).

Taux de remplissage chaque semaine en avril.

S13S14S15S16S17
22%20%19%20,3%21,3%

La pression exercée par l’état des réserves et ses conséquences sur la demande future entraîne une tendance haussière qui devrait se prolonger encore quelques semaines. Les prix du gaz pourraient alors atteindre 25€/MWh. La différence entre les prix estivaux et hivernaux sera plus ténue qu'à l'accoutumée en 2021. Il faudra donc s'attendre à une augmentation de la compensation stockage en 2022...

Les prix du gaz futurs

Si on s’attarde sur les prix du gaz publiés en avril pour une consommation future, nous observons 2 tendances bien distinctes :

  • Les prix MA en avril et les prix Q3 2021 publiés en avril suivent des tendances très similaires, et sont régulièrement en dessous des prix spot (Backwardation).
  • Les prix Q+2 et Q+3 suivent largement la même tendance mais sont globalement au-dessus des prix spot (Contengo).

La période Juin-Aout devra être suivie de prêt. Les prix seront-ils encore élevés au plus fort de l'été ? Il y a fort à parier que l'Asie jouera un rôle important dans la situation que nous connaitrons. Des conditions de chaleurs extrêmes par exemple risqueraient d'augmenter les importations de GNL des centrales à gaz asiatique, ce qui ne manquera pas de provoquer une compétition avec l'Europe pour la disponibilité des navires GNL et tirera les prix vers le haut.

Les prix du gaz naturel pour consommation en 2022 et en 2023 sont tous deux inférieurs aux prix spot tout au long du mois d’avril (Backwardation).

Le marché répercute dans le CAL22 les facteurs qui impactent le spot d’aujourd’hui. Le CAL23 et le CAL24 suivent la tendance haussière mais dans une moindre mesure.

Le Pétrole (Brent)

Les pays producteurs de pétrole semblent anticiper la reprise de la croissance et prévoient d’augmenter leur production de 350 000 barils par jour sur les deux prochains mois. Proches de 54$ du baril en début de mois, les prix du Brent font les frais d’une hausse imprévue des stocks d’essence aux Etats-Unis en seconde semaine (baisse d’environ 2$).

Les bons indicateurs de la croissance US ainsi que la baisse des stocks de bruts permettent à l’or noir de reprendre des couleurs sur les marchés. Le Brent dépasse les 67$ et demeure pratiquement jusqu’à la fin du mois à des niveaux élevés. Toutefois, la gravité de la pandémie en Inde (3ème plus gros consommateur de pétrole au monde) fait chuter les prix en fin de mois. Pour le moment l’optimisme demeure car les principales économies repartent.

Le taux de change (Euro/Dollar)

Le mois d’avril a été marqué par un renforcement de l’euro face au dollar alors que les perspectives n’étaient pas si bonnes pour la monnaie européenne (Le dollar bénéficiant de la force de son économie face aux balbutiements de l’UE, empêtrée dans la pandémie et ses répliques.)

Le marché est resté relativement peu actif au final et l’euro a pu gagner du terrain lentement mais sûrement en dépit de signaux positifs de l’économie américaine. En fin de mois, les annonces de la FED de maintenir des taux d’intérêts à long terme bas ont contribué à faire reculer le dollar.

La température

Particulièrement doux en première semaine, le mois d’avril nous a tout de même fait replonger en hiver avec un descente d’air polaire et des gelées qui ont mis la pression sur la demande et largement contribué à la hausse des prix spot.

CO2 et Charbon

Le marché des quotas de CO2 en avril a connu une véritable envolée dans la mesure où les entreprises européennes doivent se mettre en conformité avec les nouveaux objectifs environnementaux de l'Union qui vise désormais 55% de réduction des gaz à effet de serre d’ici 2030 contre 40% initialement. Le prix des quotas de CO2 a augmenté de 40% depuis le début de l’année.

Le charbon fait mieux que résister à l’envolée des prix des quotas CO2  en raison des conditions climatiques encore fraîches en ce début de printemps. Le Gaz est utilisé conjointement mais ne permet pas compte tenu de la demande énergétique de dispenser les pays européens d’utiliser le charbon.

N’hésitez pas à vous abonner à la Weekly pour recevoir chaque lundi par email une analyse des prix de la semaine précédente !Vous pouvez retrouver toutes nos analyses mensuelles ici.

Retrouvez les prix de l'énergie chaque semaine...

...et renouvelez votre contrat gaz au bon moment !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie