12 avril 2021

Prix du gaz en mars 2021 : l’hiver fait des heures sup.

L’hiver touche à son terme et tout le monde s’attendait à un redoux des températures entraînant une stabilisation voire une baisse des prix du gaz. Il n’en a rien été en mars 2021. Qu’a-t-il bien pu se passer pour que les marchés restent à ces niveaux de prix ? Le MaGAZine fait le point !

Les prix du gaz en Mars 2021 (spot)

En Mars 2021, les prix spot du gaz Naturel (PEG ou TTF) ont augmentés. Le PEG par exemple passe de 16,4€/MWh à 18,7€/MWh, soit une hausse de 14%. Cette tendance haussière à laquelle on assiste peut être reliée à plusieurs facteurs :

  • Le prix de la tonne de CO2 est élevé, il devient plus cher de polluer. Les centrales au gaz naturel deviennent plus intéressantes que les centrales au charbon.
  • La relative faiblesse de l’euro face au dollars rend l’achat de charbon plus compliqué (le charbon se paye en dollars). Il devient d’autant plus intéressant d’utiliser les centrales au gaz naturel. La demande augmente, le prix aussi.
  • Les températures ont été globalement bien en dessous des moyennes de saison.

Les prix du gaz MA

En mars 2021, les prix Month-Ahead sont passés de 15,8€/MWh à 18,7€MWh soit une augmentation de 18,35% sur le mois. Les prix MA de mars sont les prix chaque jour de mars pour fixer chaque jour du mois d’avril.

Les prix du gaz futurs (Trimestres et CAL)

Les prix trimestriels sont en grande partie en contango, ils sont supérieurs aux prix spot. Les produits calendaires, qu’il s’agisse du CAL22 ou du CAL23 passent d’une situation de contango à une situation de backwardation (prix spots supérieurs aux prix futurs). Un acheteur avisé aurait eu tout intérêt à s’intéresser à la fixation de ses prix pour 2022 et 2023 à partir de la semaine 11.

Le Pétrole (Brent)

Le mois de mars a été houleux pour le pétrole, l'annonce de l’Opep visant à prolonger son accord encadrant la réduction du rythme de production a provoqué une augmentation du prix du Brent le faisant s’approcher des 70$ le baril. Les prix restent stables la semaine suivante avant de connaître une baisse importante au milieu du mois en raison des doutes sur les campagnes de vaccination européennes et les conséquences sur la reprise de la croissance. La 4ème semaine du mois est marquée par le blocage du canal de Suez rendant les marchés quelque peu erratiques entre espoirs de déblocages et déceptions.

Le taux de change (Euro/Dollar)

L’euro a perdu du terrain face au dollar en mars.  D’un côté de l’Atlantique, les Etats-Unis sont en pleine reprise économique. Les campagnes de vaccination sont ouvertes à tous et la situation s’améliore rapidement. Côté vieux continent, les campagnes de vaccinations patinent, les confinements perdurent et la BCE prend des mesures pour faire baisser les taux obligataires. L’euro perd 2,25% et passe de 1,205 à 1,1782 $.

La température

Les températures ont été globalement en dessous des normales saisonnières et cela a certainement retardé le moment de l’extinction des chauffages pour l’Hiver 2020-21 maintenant un niveau de demande élevé et soutenu le prix du gaz naturel.

CO2 et Charbon

Le prix de la tonne de CO2 est au plus haut en raison du “Green Deal” Européen visant à renforcer largement les efforts en matière de lutte contre le réchauffement climatique. Un nouvel objectif de réduction des émissions par rapport à l’année 1990 a été fixé. Le taux était à 40% et passe à 55% d’objectif de réduction d’émission de GES (gaz à effets de Serres). Suite à cette annonce les prix des quotas CO2 ont pris 11% et sont allés jusqu’à s’échanger à 42€ la tonne.

Le charbon semble ignorer totalement ce contexte et voit son prix reprendre sa croissance sur la seconde partie du mois de mars se rapprochant puis dépassant les 70 euros allègrement.

N’hésitez pas à vous abonner à la Weekly pour recevoir chaque lundi par email une analyse des prix de la semaine précédente !

Vous pouvez retrouver toutes nos analyses mensuelles ici.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie