23 avril 2020

Un baril de pétrole à prix négatif ?

pétrole en dessous de 0$
Vous le savez, ici nous parlons de gaz, et de temps en temps de ses drivers ! Et il se trouve qu’en ce moment, l’un d'eux est dans une situation pour le moins incroyable. Le Lundi 20 avril 2020, en pleine crise du covid, le prix du pétrole est passé “virtuellement” sous la barre des zéro dollars… Comment une telle chose a-t-elle pu se produire ? En nous basant sur un exemple fictif, nous allons tenter de le comprendre.

Taylor investit dans le pétrole

Pour Taylor, un brillant trader indépendant, tout commence en Décembre 2019. Il décide ce matin-là d’investir dans le pétrole. Il entre alors en contact avec John, un producteur du Texas qui lui propose de faire l’acquisition de 100 000 barils de WTI au prix de 35$ le baril pour le mois de Mai 2020. Taylor, satisfait de son achat du matin continue sa journée sur d’autres projets d’investissements, au détour de son fil d’actualité il entend parler d’une vague maladie pulmonaire dans une ville chinoise, puis s’ouvre une canette de Mountain Dew light.

Mais une pandémie fait son apparition

Le mois de mai est arrivé, et les choses ne se sont pas passées comme prévu. La maladie dont il avait entendu parler était devenue une pandémie et les économies d’une partie du monde étaient à l’arrêt en raison du confinement décidé par les gouvernements pris de court par l’ampleur du phénomène. Toutefois, crise ou pas, Taylor devait toujours recevoir ses 100 000 barils de pétrole au mois de mai… Il ne peut se rétracter sous peine de payer à John le Texan une indemnité prohibitive. Du coups il décide de se rapprocher de Janet, qui dispose d’un parc de stockage important dans la région de Détroit. Mais Janet fait savoir à Taylor qu’elle ne veut pas de son pétrole. Bien qu’acheter du pétrole à bas prix pour le stocker fasse partie de son quotidien, elle doit aussi penser à le revendre. Et les perspectives actuelles sont suffisamment mauvaises pour la pousser à la plus grande prudence.

Une âpre négociation

Taylor tente de négocier… Il cherche à lui vendre le baril à 20$, Janet refuse. Il tente une nouvelle offre à 15$. Janet demeure inflexible… Après une 3ème offre à 5$ refusée, Taylor, qui ne tient absolument pas à payer une petite fortune à John le Texan, préfère céder son pétrole gratuitement à Janet, en ajoutant 10$ par baril de sa poche… Janet accepte cette proposition. Taylor à perdu ses 100 000 barils plus 10$ du baril. John ne touchera pas d’indemnités. Le prix du baril WTI passe en dessous des 0$. Voilà comment un prix peut passer sous la barre des 0… Il suffit d’en arriver à une situation où l’on préfère payer pour se débarrasser d’un produit plutôt que de le vendre. Cette situation est vraiment arrivée le lundi 20 avril 2020. Sur un plus long terme pour John, la situation peut devenir compliquée. Son activité ne peut pas être coupée aisément. Il va devoir temporiser, payer des gens pour absorber le volume en espérant que le marché se stabilise avant que ses contrats signés avant la pandémie ne soient livrés. Mais quid du gaz naturel dans tout ça ? Est-il autant impacté que le pétrole ? Au 23 avril 2020, non. Les stocks de gaz en France qui ont été vidés tout au long de l'hiver sont encore bas. La perspective d’une reprise de l’activité au 11 mai dans l’Hexagone devrait permettre d’éviter un remplissage trop massif des stocks avant l’été 2020.

Prix du gaz historiquement bas

Que penser du prix indexé dans ce contexte ?

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie