12 avril 2019

L’impact du Brexit sur les cours du carbone

quotas d'émission
La sortie prochaine (ou pas) de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne alimente les colonnes de la presse depuis des mois. Le MaGAZine était resté jusque là plutôt silencieux sur le sujet mais il se passe actuellement des choses sur le marché qui méritent d'être évoquées. Depuis quelques jours une certaine effervescence existe autour du prix du gaz, en progression, porté par le prix élevé du carbone.

Hard-Brexit et risque de chute des prix du carbone

En cas de "Hard-Brexit", les industriels britanniques, soumis aujourd'hui à l'ETS (le système communautaire d'échange de quotas d'émission) pourraient être tentés de se débarrasser de leurs quotas de CO2. En effet ils ne seraient plus soumis aux règles européennes visant à réduire l'émission globale de CO2 suite au protocole de Kyoto. Et cet afflux de quotas de CO2 provoquerait une chute des prix de la tonne de CO2. Ce qui entraînerait une diminution du prix du gaz. Un petit rappel sur les quotas de CO2 peut-être ?

Pourquoi le gaz est-il lié au prix du carbone ?

A ce stade, il est tout à fait légitime de se demander pourquoi la hausse du prix du CO2 impacte à la hausse le prix du gaz. La réponse est... L'électricité. Mais comment l'électricité peut-elle impacter le prix du gaz ?  Reprenons... Si le prix de la tonne de CO2 augmente, les centrales électriques à charbon, très polluantes sont stoppées (car il devient trop cher de polluer) pour laisser tourner les centrales à gaz, moins polluantes. La demande de gaz augmente et le marché réagi mécaniquement par une hausse des prix du gaz.

L'anticipation de la Commission Européenne

Afin de ne pas perturber le fonctionnement du marché, la Commission Européenne, prudente en anticipant un potentiel Hard Brexit, avait pris une décision réglementaire qui suspendait les enchères et les allocations gratuites de quotas par le Royaume-Uni, en attendant qu'un accord de retrait soit ratifié par les deux parties. En empêchant les Britanniques de jeter leurs quotas sur les marchés, l'UE cherchait à protéger le marché du CO2 et à maintenir un prix de la tonne élevé.

Un report du Brexit qui met fin aux doutes sur le marché

Le 10 avril 2019 s'est tenue une réunion du conseil européen au cours de laquelle les de dirigeants de l'UE à 27 ont convenu de renvoyer à une date ultérieure la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne en accord avec les sujets de sa majesté. Cela permet à la Grande-Bretagne de rester plus longtemps dans le système communautaire d'échange de quotas d'émission et de maintenir des prix élevés sur le marché carbone. Le prix du gaz va donc rester encore un moment soutenu par le prix de la tonne de CO2.
Enquete_Professionnels_et_gaz_naturel

Participez à l'enquête : les professionnels et le gaz naturel

Prenez 5 minutes pour répondre à nos quelques questions !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie