26 mars 2019

Les futurs investissements du réseau de transport de gaz en France

Gazoduc en construction
Pour arriver jusqu’aux 11 millions de foyers raccordés, le gaz naturel doit être acheminé depuis son lieu d’extraction par gazoduc ou par méthanier. C’est la mission principale des gestionnaires du réseau de transport, GRTGaz et Terega en France, dont le fonctionnement est garanti par les tarifs d’acheminement, présents sur la facture de gaz. Pour continuer à assurer un approvisionnement sûr et de qualité, quels sont les investissements prévus par les gestionnaires du réseau ?

Simplification du réseau de gaz français et smart-grids européennes

Pour bien comprendre les futurs investissements, il convient de se pencher sur la simplification du réseau de gaz en France. Depuis novembre 2018, ce dernier a changé. Anciennement découpé en 3 zones, c’est aujourd’hui un marché unique : Trading Region France, le seul Point Échange Gaz (PEG) de l’Hexagone, où se rencontrent GRTGaz et Terega (ex-TIGF). Par ailleurs, le réseau français s’intègre dans un contexte européen. En 2010, des experts de la Commission européenne sur les Smart-grids ont défini 4 axes pour le gaz. Le futur réseau intelligent et connecté doit  :
  • entrer en complémentarité avec le réseau électrique pour adapter la production et aider au stockage du surplus d’électricité ;
  • permettre l’injection et l’acheminement des gaz renouvelables ;
  • transmettre aux clients leurs données de consommation pour les engager à consommer moins ;
  • assurer la continuité de l’approvisionnement en toute sécurité.

Quels investissements aujourd’hui dans le réseau de transport ?

Pour moderniser le réseau et le rendre plus compatible avec les réseaux voisins, GRTGaz a investi 3 milliards d’euros sur la période 2014-2017, auxquels s’ajoutent 300 M€ par an dédiés à la maintenance. De son côté, Terega prévoit de déployer 400 M€ entre 2012 et 2021. Les investissements porteront sur 3 projets principaux : l'Artère du Béarn, Euskadour et Girland. Ces derniers amélioreront l’intégration de l’Espagne au réseau européen.

Investir dans la flexibilité, face à la baisse de la demande gazière

Comme l’explique GRTGaz, “hors projet Bretagne Sud, le réseau de gaz naturel est adapté aux différents scénarios de demande et ne nécessite pas a priori de renforcement particulier au-delà des raccordements.” Etant donné la force de son infrastructure, le réseau de transport de gaz bénéficie d’une certaine flexibilité. Il se développe à d’autres fins (substitution au fioul, approvisionnement des véhicules transportant le gaz, complémentarité avec le réseau d’électricité...). Le projet Bretagne Sud œuvre en ce sens : il permettra d’alimenter la future centrale électrique de Landivisiau via une canalisation de 98 km reliant Pleyben (Finistère) à Pluvignier (Morbihan). Pour ce faire, un budget de 137,80 M€ est prévu.

Développer les infrastructures de gaz renouvelables

Les enjeux liés au biométhane

Energie verte, issue de la fermentation de déchets organiques ou agricoles, le biométhane ne représente aujourd’hui 0,1% de la consommation française de gaz. La Loi de Transition Énergétique prévoit de le porter à 10% de la consommation en 2030. Pour atteindre cet objectif, il faudrait raccorder 1300 producteurs aux réseaux de distribution et investir dans le “rebours”. Cette innovation permet de comprimer le gaz et de réduire l’injection lorsque la quantité produite excède la consommation. Pour cela, GRTGaz pourrait investir 300 M€ d’ici 2030. Toutefois, une révision prochaine des stratégies de développement est à envisager. En effet, la dernière programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a réduit l’objectif de consommation à 7 % de biométhane en 2030.

L’hydrogène, gaz d’avenir ?

Le Power-to-Gas permet de convertir l’électricité verte en hydrogène. Cette technologie prend forme grâce au projet Jupiter 1000, une infrastructure de production d'hydrogène. Situé à Fos-sur-Mer, il devrait être lancé en 2019. Enfin, la plateforme de recherche FenHYx, se chargera d’établir les conditions pour injecter les gaz renouvelables dans le réseau, dès 2021. Le réseau de transport de gaz nécessitent donc des investissements constants en maintenance pour assurer la sécurité et l’approvisionnement des consommateurs. Toutefois, le plus gros chantier d’investissements reste celui de la transition énergétique afin de permettre le développement des gaz verts et de viser à l’indépendance gazière de la France en 2050.

Prix du gaz historiquement bas

Que penser du prix indexé dans ce contexte ?

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie