19 septembre 2018

Marché du gaz : l’analyse technique d’août 2018

marché du gaz naturel
Comme chaque mois, le maGAZine vous propose son analyse technique du marché du gaz naturel du mois précédent. Inscrivez-vous à notre newsletter pour être certain de n’en louper aucune !

Le marché du gaz naturel en août 2018

Dès les deux premières semaines du mois d’août, le prix du gaz est tiré vers le haut par l’augmentation combinée des prix du charbon et du CO2. En semaine 33, c'est le charbon qui constitue le principal driver des prix du gaz. Compte tenu des prix de l'électricité élevés, les producteurs sont prêts à payer plus, entraînant ainsi une hausse des prix du gaz. Mais d’autres facteurs amplifient cette hausse :
  • des difficultés d'acheminement du charbon en Europe ;
  • des pannes de centrales tirant les cours du charbon à la hausse ;
  • la chute de l'euro face au dollar qui renchérit le coût du charbon.
En semaine 34, et en dépit d'un prix du charbon resté stable, la courbe des prix du gaz naturel continue à croître. Les prix de marché du gaz naturel, de l'électricité et du CO2 s'entraînent mutuellement à la hausse. Enfin, pour clore ce mois de demandes soutenues, la progression positive des prix sur le marché du gaz naturel continue, poussée par les drivers charbon et CO2. Sur le terrain, les maintenances et pannes soutiennent la tendance haussière sur les prix spot et le month-ahead, alors que l'entraînement par le mix électricité-pétrole-charbon s'estompe.

💰 La place de marché unique en France, c’est maintenant 💰

Certains drivers du prix du gaz

Le prix du pétrole

Pendant ce mois d'août, le prix du brent a fait preuve d'une grande volatilité pour atteindre une hausse mensuelle avoisinant les 4 %. En semaine 32, les cours du pétrole oscillent entre 72 et 75 $ le baril. La tendance haussière est guidée par une offre restreinte tandis que la tendance à la baisse est gouvernée par les tensions commerciales chinoises menaçant la demande. En semaine 33, on assiste d'emblée à une nette baisse jusqu'au mercredi 15 août, pour plusieurs raisons :
  • des tensions commerciales sino-américaines qui commencent à se traduire par une baisse de la demande chinoise ;
  • des stocks américains annoncés en hausse le mercredi ;
  • le dollar, au plus haut depuis 13 mois, renchérissant le pétrole pour les acheteurs dans d’autres devises ;
  • une hausse de la production de l'OPEP en juillet ;
  • la crise financière en Turquie.
Malgré tout cela, les cours ont semble-t-il trouvé un support à 71 $ par baril. La semaine suivante affiche une première hausse depuis début juillet. La cause ? Les marchés convergent, d'une part, sur l'impact des sanctions américaines sur la production iranienne, et d’autre part, sur des stocks américains beaucoup plus faibles que prévu. En semaine 35, les cours du brent poursuivent leur ascension. Ils ont globalement suivi la tendance de la parité euro/dollar, tout en étant corrigés mercredi à la hausse par des volumes de stocks américains en deçà des prévisions.

⛽️ Pourquoi parle-t-on de Brent pour analyser le marché du gaz naturel ? ⛽️

Le taux de change EUR/USD

Globalement, ce huitième mois de l'année a été marqué par une grande volatilité avec un retour aux conditions de parité initiales en fin de mois. La crise turque est au centre de ces variations du taux de change EUR/USD.

🌍 Géopolitique du gaz : comprendre ce qui se passe en Méditerranée orientale 🌍

En semaines 31 et 32, l'euro est à la baisse. Les tensions commerciales continuent de tirer le dollar à la hausse, tandis que la chute brutale de la livre turque faisant suite aux différends entre les USA et la Turquie fait craindre un risque pour les banques européennes. En semaine 33, l'euro pâtit toujours de la crise turque et atteint, le mercredi 15, son plus bas depuis juillet 2017 face au dollar avec une parité de 1,13. Mais après la tempête vient le calme ! L'euro commence la semaine 34 à la hausse puisque les craintes liées à la Turquie s'estompent pour les banques. Ensuite, le dollar reprend de la vigueur en faveur d'une perspective de hausse des taux américains. En semaine 35, de légères fluctuations sont observées. Malgré le regain d'appétit pour le risque des investisseurs en dollars, le billet vert est orienté à la baisse, et ce, alors que la politique monétaire américaine risque de ne pas se resserrer comme anticipé.

Les températures

L'été 2018 a été marqué par la persistance de températures supérieures aux valeurs saisonnières (de 2 à 3 °C) et par une vague de chaleur qui a concerné l'ensemble du pays du 24 juillet au 8 août (semaine 32). Après une chute de température importante en fin de semaine 32, la semaine 33 affiche des prévisions de températures assez volatiles du fait de l'instabilité du climat sur les derniers jours. Puis, après un week-end plutôt frais, les températures remontent progressivement en semaine 34. Enfin, en semaine 35, les températures oscillent et vont continuer d’être légèrement au-dessus des normales. L'été 2018 se classe ainsi au deuxième rang des étés les plus chauds, loin derrière 2003 (+3,2 °C) mais devant 2017 (+1,5 °C).

🌡 Pourquoi températures et prix du gaz sont-ils liés ? 🌡

Les émissions de CO2

Le mois d’août est marqué par une nette hausse du cours du CO2 passant de 17,4 €/t à 21,09 €/t. Une variation de +21,21 % contre +16,08 % en juillet. Pour commencer le mois, le CO2 continue doucement de battre record sur record. Le marché anticipe la réduction de l'offre à partir de janvier 2019, tout en attirant les spéculateurs. En semaine 33, c'est la journée du 15 août qu'il faut retenir avec des cours qui sont à leurs plus hauts niveaux depuis 10 ans, à la faveur d'enchères repoussées à septembre. En semaine 34, le CO2 décolle, gagnant près de 3 €/t. Enfin, en semaine 35, le cours bat un record à plus de 21 €/t le lundi, avant de connaître une période de faible correction technique jusqu'à la fin de cette semaine.

📈 Tous les drivers du prix du gaz résumés en infographie 📉

Passionné d'énergie, vous souhaitez tout savoir sur les évolutions du marché du gaz naturel ? Suivez l'actualité des marchés de l'énergie en vous inscrivant à la Weekly !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie