15 décembre 2017

Power to gas : de l’éolien au gaz naturel

power to gas éolien
Désormais, gouvernements, professionnels, particuliers… tous ont compris que la transition énergétique n’est pas une option. La bonne nouvelle, c'est que cela pousse les industriels et les chercheurs à innover. L'un des exemples qui fait le plus parler de lui ces derniers mois : le power to gas. Comment ça marche ? Focus sur cette technique appliquée à l’éolien.

◇ L’énergie éolienne en détail ◇

Le power to gas, kézako ?

Les énergies renouvelables sont pleines de promesses. Elles présentent toutefois deux défauts majeurs : leur intermittence et la difficulté à les stocker. Une caractéristique qui peut grandement compliquer la gestion de l’équilibre entre l’offre et la demande. Le power to gas vise à proposer une alternative crédible de valorisation de la surproduction d'électricité d'origine renouvelable (éolien, solaire, hydraulique…). En quoi consiste le power to gas ? Il s’agit de transformer la surproduction d’électricité issue du renouvelable en hydrogène et en méthane de synthèse. La matière produite est ensuite stockée, transportée et valorisée dans les réseaux existants de gaz naturel !

◇ Valoriser la chaleur fatale, c’est possible également ◇

Power to gas : le cas de l’éolien

La technique du power to gas peut-être utilisée pour valoriser l'excédent d’énergie électrique produite par des éoliennes par rapport aux besoins à un instant T. À ce jour, il est plus efficace et pertinent de transformer cet excédent que de le stocker : les batteries ne sont pas encore vraiment adaptées à un stockage longue durée. Concrètement, le fonctionnement du power to gas est assez simple : une électrolyse de l'eau est réalisée avec l'électricité excédentaire. Résultat : une production d'hydrogène qu'il faut enrichir de CO2 pour obtenir du méthane de synthèse. Celui-ci peut enfin être injecté dans le réseau de transport de gaz naturel.

◇ État des lieux du gaz vert en Europe ◇

Gaz naturel vs power to gaz : propriétés et avantages

Le power to gas représente une réelle opportunité de développement, à la fois pour l'énergie éolienne (qui trouve là une pertinence supplémentaire) et pour l'utilisation innovante du gaz naturel. En effet, le méthane de synthèse présente les mêmes propriétés que le gaz naturel “classique”. Il peut servir, par exemple, à alimenter des véhicules, comme chez le constructeur automobile Audi, à Werlte, en Allemagne. Son unité de production power to gas génère environ 1 000 tonnes de méthane par an, ce qui permet d’alimenter quelque 1 500 voitures en GNV !

◇ Rouler plus propre grâce au gaz naturel ◇

En France, le power to gas est en phase d'expérimentation. C'est le cas notamment à Fos-sur-Mer, où GRTgaz exploite le site Jupiter 1 000, en association avec 7 autres partenaires industriels. L'objectif ? S'assurer de la viabilité technico-économique du power to gas et tenter de le faire évoluer pour le rendre plus attractif.

◇ Tout savoir sur le power to gaz en France ◇

Le power to gas - notamment basé sur l’excédent de production électrique éolienne - est plein de promesses. Il pourrait, par exemple, alimenter des stations en GNV. Prochaine étape : convaincre les industriels de son potentiel et de son intérêt économique. C'est un des objectifs de l'étude menée à Fos-sur-Mer. Comment vous engager en faveur de la transition énergétique ? Votre fournisseur de gaz vous accompagne.

Source de l'image à la Une : Pixabay (Steppinstars)

Enquete_Professionnels_et_gaz_naturel

Participez à l'enquête : les professionnels et le gaz naturel

Prenez 5 minutes pour répondre à nos quelques questions !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie