1 août 2017

C’est quoi, le « grand carénage » ?

grand carénage centrales nucléaires
Au maGAZine, nous avons deux passions : le secteur de l’énergie et prendre le temps d’expliquer les principaux termes qui lui sont liés. Aujourd’hui place au « grand carénage ». Qu’est-ce donc ? Un projet d’entretien et de rénovation d’un immense bateau ? Que nenni ! Le grand carénage est le nom d’un gigantesque projet de rénovation du parc nucléaire français qui occupe EDF depuis 2014.

Le grand carénage, un projet industriel titanesque

Le grand carénage, c’est le projet industriel qui vise à assurer aux centrales nucléaires françaises une durée de fonctionnement supérieure à 40 ans, via un double processus de rénovation et de modernisation (pour répondre aux besoins de consommation électrique et aux normes de sûreté nucléaire). Et il y a de quoi faire, puisque, rappelons-le, le parc national comporte :
  • 19 sites nucléaires, répartis un peu partout sur le territoire ;
  • 58 réacteurs, d’âges et états assez différents.
Et il était temps de s’atteler à ce grand carénage, puisque les centrales ont en moyenne 30 ans en France. C’est d’autant plus vrai que certains composants ne peuvent dépasser 25 ou 35 ans d’utilisation sans être remplacés (seules la cuve et l’enceinte de confinement ne peuvent pas être remplacées), ou sans perte de performances énergétiques ! Grâce à ce projet pharaonique, les centrales nucléaires pourront atteindre l’âge canonique de 60 ans.

Le coût hors norme du grand carénage

Le grand carénage est le plus grand chantier depuis la création du parc nucléaire français. Son coût est bien entendu à l’avenant… EDF l’a chiffré à quelque 55 milliards d’euros pour la période 2014-2025. Une paille… mais ce n’est qu’une broutille comparé à ce que coûterait le remplacement complet des centrales ! [su_box title="55 milliards d’euros répartis sur 4 postes principaux" box_color="#3a9fd9" title_color="#000000"]
  • 20 milliards d’euros pour le financement des arrêts de tranches et des visites décennales effectuées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ;
  • 15 milliards d’euros pour la maintenance lourde des gros composants, notamment du réacteur et de sa cuve ;
  • 10 milliards d’euros pour les projets patrimoniaux (rénovation des locaux et infrastructures…) ;
  • 10 milliards pour les modifications réglementaires et techniques post-Fukushima, dont la mise en place découle de l’analyse de la catastrophe japonaise (ventilation, extraction de calories, réfrigération des locaux, moteur « d’ultime secours »…).
20 + 15 + 10 + 10 = 55 milliards. Le compte est bon !
[/su_box] À noter que la Cour des comptes a un « léger » désaccord avec EDF puisqu’elle a chiffré ce grand carénage à… 100 milliards d’euros. Le grand carénage vise donc à permettre au parc nucléaire tricolore de fonctionner au-delà des 40 années d’existence prévues à l’origine. Il s’inscrit dans le cadre de la politique de transition énergétique décidée par le gouvernement français. Même si certaines associations écologistes le contestent, selon EDF, les énergies renouvelables ne peuvent se passer d’une source d’énergie modulable comme le nucléaire. Cette remise aux normes du parc nucléaire permettra la prolongation de la durée de vie des centrales existantes et s’avérera beaucoup plus économique que la création de nouveaux réacteurs.

Source de l'image à la Une : Fotolia (annavaczi)

Prix du gaz historiquement bas

Que penser du prix indexé dans ce contexte ?

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie