11 juillet 2017

Marché du gaz : l’analyse technique de juin 2017

analyse technique marché du gaz naturel mai 2017
Comme chaque deuxième semaine du mois, le maGAZine vous propose son analyse technique du marché du mois précédent. Inscrivez-vous à notre newsletter pour être certain de n’en louper aucune !

Le marché du gaz en juin 2017

Quelques baisses, quelques hausses, et pas mal d’équilibre avant les vacances estivales. Le marché du gaz naturel a joué avec les tendances en ce mois de juin 2017. Ainsi, il a un temps baissé du fait :
  • d’un bon approvisionnement dans les zones nord et sud ;
  • d’une corrélation forte entre les prix du gaz et les prix du pétrole ;
  • d’un renforcement de l’euro par rapport à la livre sterling, suite aux élections au Royaume-Uni qui ont privé Theresa May d’une solide majorité…
Puis, les prix ont augmenté, à cause d’une baisse des importations en provenance de la Norvège et d’une hausse des températures, entraînant une augmentation de la consommation de gaz naturel dans la production électrique afin de satisfaire la demande en air conditionné. Quid de l’écart TRS Day Ahead / PEG NORD Day Ahead ? Il a terminé le mois de juin en hausse, notamment à cause des maintenances à Fos-sur-Mer, qui diminuent l’approvisionnement de la zone sud en GNL, et d’une importante vague de chaleur. Mais qui n’en a pas souffert en ce mois de juin ?

En savoir plus sur les maintenances des réseaux ⊙

Certains drivers du prix du gaz

Le prix du pétrole

Un mois de baisse quasi continue, c’est suffisamment rare pour être signalé. Les prix pétroliers sont en effet repassés sous la barre symbolique des 50 dollars US, alors que la production américaine était toujours en augmentation. Les causes sont multiples :
  • le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, incitant le marché à anticiper une hausse de l’offre de pétrole américain via une augmentation du nombre de forage ;
  • une hausse des stocks hebdomadaires américains ;
  • la crise politique et diplomatique que traverse le Qatar ;
  • l’offre abondante au niveau mondial, avec un processus d’ajustement plus lent que prévu à produire ses effets ;
  • l’anticipation de l’attitude de l’OPEP quant au gel de sa production…
Résultat ? Les prix ont atteint en semaine 26 leur niveau le plus bas depuis 10 mois. Et les gains réalisés depuis novembre 2016, avant que l’OPEP n’annonce sa décision de geler sa production, ont été complètement effacés ! Et ce n’est pas la hausse constatée en fin de mois qui va inverser la tendance sur le long terme…

Le taux de change EUR/USD

L’attente des résultats de l’élection présidentielle française avait, durant quelques semaines, contribué à renforcer le billet vert face à la monnaie unique européenne. Cette époque a semblé bien loin en ce mois de juin 2017. En effet, le dollar s’est déprécié dès la semaine 23 en raison des inquiétudes sur la présidence de Donald Trump. Puis, une certaine stabilité a été observée, même si la FED a augmenté son taux directeur de 0,25 point. Une bonne nouvelle pour l’économie dans la zone euro !

Les températures

Vous n’en pouviez plus d’entendre vos collègues dire "Il fait chaud, hein ?" ou de lire sur les réseaux sociaux des gens qui se plaignent de transpirer dès potron-minet ? C’est un fait : les températures ne nous ont pas épargnés en juin. Ainsi, tout au long du mois, elles sont restées supérieures aux normales de saison de 4 °C à 6 °C, pour ne baisser que durant les derniers jours du mois. Sans pour autant nous inciter à ressortir les pulls. À suivre en juillet et août !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie