26 avril 2017

[Reportage] Le maGAZine visite la cogénération Horti Énergie

reportage-cogeneration
Le vendredi 3 mars avait lieu, dans les serres Bellard-Crochet à Ste Gemmes sur Loire, près d'Angers, l'inauguration de la cogénération Horti Énergie. Une centaine de personnes était présente. Élus locaux, partenaires, banques, bureau d'étude, famille fondatrice... Le maGAZine était aussi sur place ! Que de monde dans les serres gemmoises ce matin ! Il faut dire que le projet de cogénération Horti Énergie réunit beaucoup d'acteurs. Né du besoin de mettre en place un système de chauffage optimisé, ce projet énergétique est l’oeuvre de la société Bellard-Crochet, horticulteur important de la région dont l’essentiel de la production sous serre est consacré aux géraniums. [gallery size="medium" ids="5173,5180,5181"]

Bellard-Crochet, un pionnier dans la cogénération pour l’horticulture

Tout commence en 2004 lorsque Bellard-Crochet étend la superficie de ses serres. Des questions s’imposent. Quelle solution de chauffage choisir ? Faut-il une nouvelle chaufferie ? Doit-on augmenter la puissance du système actuel ? Ou faut-il adopter la mise en place d’une cogénération pour répondre à la fois aux besoins thermiques et à la production d’électricité ? Cette dernière proposition plait. Bellard-Crochet choisit la cogénération, la solution du 2 en 1 qui permet :
  • de produire de l’électricité, à partir d’un moteur qui fonctionne au gaz, pour la revendre à EDF sous contrat d’achat pour 12 ans ;
  • et de récupérer la chaleur dégagée par le moteur pour chauffer les serres.
[caption id="attachment_5175" align="aligncenter" width="1024"]Inauguration de la cogénération Horti Énergie Les serres sont chauffées par un système de coénergie[/caption] Les avantages de la cogénération sont nombreux. En premier lieu : un rendement optimum puisqu’il est de 92 % contre 83 % pour une chaudière classique. Environ 30 % à 40 % de l’énergie primaire (le gaz naturel) est transformée en énergie électrique et 50 à 60 % devient de la chaleur. Par ailleurs cette solution limite les émissions de gaz à effet de serre et évite d’installer des lignes électriques supplémentaires. Bellard-Crochet a mis en place un moteur qui tournera du 1er novembre au 1er avril, 95 % du temps, soit 3 623 heures précisément. Il a également installé un ballon dont la fonction est de stocker l’excès de chaleur produite dans la journée pour l’utiliser la nuit. Ainsi, grâce à cet astucieux système de stockage, la chaleur est produite continuellement mais utilisée intelligemment aux besoins des plantes. Mais la croissance de l’horticulteur angevin ne s’arrête pas là. Il prévoit aussi une fusion avec une autre entreprise, fusion grâce à laquelle il fera passer sa superficie de serres de 4,5 Ha à 5,7 Ha. [caption id="attachment_5176" align="aligncenter" width="1024"]moteur de la cogénération Horti Énergie Le moteur récupère l'excédent de chaleur électrique et l'utilise pour chauffer les cultures[/caption]

La naissance d’une nouvelle cogénération

En 2016, la fin du contrat avec EDF était l’occasion de refaire le point sur les besoins en chauffage qui avaient encore augmenté. Avec l’accompagnement d’Eiffage Energie, exploitant de la cogénération depuis 2013, Bellard-Crochet choisit de rénover son moteur initial et d’en installer un second, neuf. Des ballons de stockage leur sont adaptés afin d’automatiser la gestion climatique et hydraulique de son système de cogénération et de valoriser toute l’énergie thermique de ses serres. À eux deux, les moteurs représentent désormais une puissance de 3 400 kW électriques, soit l'alimentation de 2 200 foyers, un bel investissement de 2,6 millions d'euros ! moteur de la cogénération Horti Énergie

Une visite et un cocktail au vert

Après les discours des différentes parties prenantes du projet, l'équipe du maGAZine a assisté à l'inauguration officielle symbolisée par le "coupé de ruban". Elle a ensuite pu visiter la cogénération pour se rendre compte de la complexité de l'installation. Cette inauguration est le résultat d’un projet innovant et audacieux dans le secteur de l’horticulture, dans un contexte économique délicat. Pourtant, malgré le poids de l’investissement qu’elle représente, la cogénération est une solution vertueuse. Au-delà de la baisse de la facture d’énergie de 80 %, elle permet de moderniser les serres et d’insérer de la robotique et de la mécanisation dans l’horticulture, et cela grâce aux revenus générés par la vente d’électricité.   [su_quote]M. Crochet, Responsable Equipements-Energie Productions de l’établissement, affirme que sans cela : « une grande partie de l’activité des serres aurait dû être arrêtée ».[/su_quote]   La cogénération est une filière d’avenir pour la transition énergétique, tout comme l’énergie d’origine renouvelable. Les entreprises l’ont bien compris. Les offres Gaz vert, par la certification ou par la compensation carbone, représentent pour les entreprises un ensemble de solutions idéales pour soutenir des projets alternatifs, tout en valorisant leur action.
Enquete_Professionnels_et_gaz_naturel

Participez à l'enquête : les professionnels et le gaz naturel

Prenez 5 minutes pour répondre à nos quelques questions !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie