27 mars 2017

[Présidentielles] La place du nucléaire dans les programmes des candidats

dossier-presientielle-nucleaire

Selon un sondage Odoxa pour l'émission d'iTélé « CQFD » et pour Le Parisien - Aujourd'hui en France, 79 % des Français s'intéressent à la présidentielle de 2017. Le maGAZine aussi ! Nous avons donc décidé de consacrer une série d’articles sur les thèmes phares du volet énergie : commençons par le nucléaire. Source d’énergie à valoriser pour certains, à limiter dans le mix énergétique français pour d’autres, il s’agit bien sûr du nucléaire. Les avis sont aussi nombreux que divers et tranchés. Les élections présidentielles à venir dans l’Hexagone – elles se tiendront le 23 avril et le 7 mai – ne font pas office d’exception. Voici ce qu’il faut retenir des programmes électoraux des principaux candidats à la présidence, par ordre alphabétique.

⟡ Où en est la filière nucléaire en France ? ⟡

François Fillon

Prolongation de l’exploitation des centrales nucléaires existantes de 40 à 60 ans :
  • opposition à la fermeture de la centrale de Fessenheim ;
  • soutien de la filière nucléaire française ;
  • renforcement des études sur les réacteurs de 4ème génération ;
  • développement d’une gamme de petits et moyens réacteurs nucléaires (SMR) ;
  • maintien de la part du nucléaire et remplacement de l'énergie d'origine fossile par des énergies renouvelables.

Benoît Hamon

Sortie du nucléaire « progressive et intégrale » d’ici à 25 ans :
  • fermeture des premiers réacteurs durant la mandature ;
  • fin du projet d’enfouissement profond de Bure – en l’état le projet restera en sub-surface et des études seront menées pour travailler sur d’autres options.

Marine Le Pen

Maintien, innovation et sécurisation du nucléaire :
  • refus de la fermeture de Fessenheim ;
  • engagement du grand carénage ;
  • maintien du contrôle de l’État sur EDF.

Emmanuel Macron

Favorable au nucléaire, en raison de l’avantage qu’il procure en termes d’indépendance énergétique :
  • opposé à l’abandon du nucléaire ;
  • pour la défense du « nouveau nucléaire » en favorisant les innovations et les nouvelles formes de production ;
  • pour la poursuite de la trajectoire et des objectifs en termes de transition énergétique – 50 % du mix électrique en 2025 ;
  • favorable à la fermeture de Fessenheim, au moment de la mise en service de l’EPR de Flamanville.

Jean-Luc Mélenchon

En faveur de la sortie du nucléaire à l’horizon 2035 :
  • arrêt de la centrale de Fessenheim « en garantissant l’emploi des salariés et leur formation pour en faire un site pilote du démantèlement » ;
  • abandon de l’opération de grand carénage visant à prolonger la vie des centrales nucléaires au-delà de 40 ans ;
  • abandon du projet d’EPR de Flamanville et d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure ;
  • limitation stricte du recours à la sous-traitance pour les activités ne pouvant être ré-internalisées.

⟡ La Suisse se prononce contre la sortie du nucléaire ⟡

Vous le constatez, le sujet du nucléaire partage. Si certains sont pour une sortie du nucléaire à court ou moins terme, d’autres voient cette énergie comme une véritable opportunité d’indépendance énergétique pour la France. Et vous, qu’en pensez-vous ? À très vite sur le maGAZine, pour de nouvelles analyses des programmes énergétiques des principaux candidats à la présidentielle.
Enquete_Professionnels_et_gaz_naturel

Participez à l'enquête : les professionnels et le gaz naturel

Prenez 5 minutes pour répondre à nos quelques questions !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie