22 novembre 2016

Place de marché unique en France : où en est-on ?

place-de-marche
Nous vous en parlions voilà plus d'un an, les places de marché PEG Sud et TIGF ont fusionné. Elles ne forment plus qu’une seule et même place de marché, appelée TRS - pour Trading Region South. Avant cela avait eu lieu la fusion en 2009 des zones d’échange Nord, Est et Ouest en une seule et même grande place, le PEG Nord. Nous approchons donc de l'objectif des législateurs : la mise en place d'une zone tarifaire unique du gaz en France, dont TIGF et GRTgaz seraient les deux acteurs de réseau. Où en est-on aujourd'hui ? Quels avantages en attendre ? Le maGAZine fait le point ! [su_list icon="icon: stop"] [/su_list]

Zone tarifaire unique : les avantages ?

La fusion des deux places de marché qui coexistent encore en France (la zone TRS et le PEG nord) est attendue pour 2018. En attendant, les opérateurs - TIGF et GRTgaz - se préparent à ce grand bouleversement. Il faut dire que le nouveau fonctionnement présentera des avantages certains :
  • Un marché plus liquide, donc plus compétitif, tout en étant mieux intégré au marché européen : ce qui correspond à ce que l'on pouvait attendre de l'ouverture des marchés à la concurrence.
  • Un prix unique sur les marchés de gros français, pour simplifier le travail des acteurs du secteur tout en leur donnant plus de visibilité.
  • Une diversification de l’approvisionnement, avec une amélioration immédiate de l’accès aux différentes sources de gaz.

Place de marché virtuelle, mais flux physiques

La future place de marché doit fonctionner selon les principes retenus pour la création de la zone TRS. Il y aura donc une zone d’équilibrage GRTgaz et une autre TIGF. Il reste donc à GRTgaz environ deux ans pour procéder à la fusion des zones Nord et Sud. La donne va sensiblement changer par rapport à la situation actuelle. L'acheminement de la zone TRS depuis l'Europe ne sera, par exemple, plus restreint par la liaison Nord-Sud. Actuellement, elle dépend du GNL à hauteur de 40 % de sa consommation, ce qui implique que les prix constatés s’éloignent de ceux des places du Nord de l’Europe, notamment lorsque les prix du GNL s'envolent - La place de marché restera virtuelle, mais les flux n'en seront pas moins physiques. Des investissements vont ainsi devoir être réalisés - la création de ce PEG unique devant intervenir, au plus tard, au 1er novembre 2018. Deux projets majeurs ayant pour but de fluidifier les échanges entre les deux zones, pour un budget total de 823 millions d'euros, sont d’ores et déjà en cours de réalisation ou d'étude :
  • le doublement de l’artère du Val de Saône, que gère GRTgaz ;
  • le renforcement des 60 km de canalisation (géré par TIGF) de Gascogne-Midi.
Vous souhaitez voir comment fonctionnera la place de marché unique ? Un peu de patience : GRTgaz et TIGF sont en train d’élaborer un outil d’aide à la co-construction. Il permettra aux clients de simuler le fonctionnement de ce "grand bouleversement". Vous pourrez ainsi comprendre les effets de la fusion et appréhender l’opérabilité des différents mécanismes, qui doivent permettre de gérer les limites résiduelles.

Pour aller plus loin…

Achat de gaz naturel : établir un budget et optimiser sa stratégie

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie