15 novembre 2016

Couplage de marché et flow-based : les outils pour des interconnexions optimisées

pylones électriques flow-based Europe
La France est intégrée au sein d’un marché européen de l’électricité : elle possède des interconnexions avec 6 de ses voisins européens (l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique, l’Italie, la Suisse et la Grande-Bretagne). Les interconnexions électriques sont appelées à se développer, renforçant l’accès à une électricité plus sûre, plus propre et à un meilleur coût. Pour cela, deux outils ont été créés : le couplage de marché et le flow-based. Comment fonctionnent-ils ? Faisons le point !

Des interconnexions, pour faire quoi ?

Les interconnexions électriques constituent un élément central de la régulation du marché de l’énergie en Europe, à l’import comme à l’export. Elles permettent une assistance mutuelle entre les pays membres de l’Union, selon les profils de leurs consommateurs respectifs et leurs capacités de production. Ce système permet de renforcer la sécurité d’approvisionnement du territoire. Pendant le même temps, les fournisseurs obtiennent le meilleur prix pour l’énergie à un instant t sur le marché de gros. [su_list icon="icon: stop"] [/su_list]

Le couplage des marchés

Le mécanisme du couplage des marchés a pour objectif de s’assurer que les interconnexions seront utilisées « dans le bon sens », c’est-à-dire du marché où l’énergie est la moins chère vers celui où elle est la plus chère. Il a été mis en place dans 17 pays européens, dont 4 des 6 frontières françaises. Son principe ? Associer aux offres d’achat des pays intégrés les moyens de production les moins chers de la zone. Seule limite au couplage des marchés : les capacités d’import et d’export aux frontières. Une limite théorique est en effet fixée par les gestionnaires de réseau afin de garantir la sécurité d’approvisionnement. Cette limite ne peut être dépassée par les exportateurs. Or, en cas d’interdépendance (comme entre la France, la Belgique et l’Allemagne, qui utilisent les mêmes lignes de transport), ce mécanisme peut engendrer une utilisation du réseau non optimisée : les besoins des uns ne seraient couverts qu’en partie, en prévision des éventuelles demandes des autres… même si elles n’existent pas à l’instant t. [su_list icon="icon: stop"] [/su_list]

Flow-based, pour dépasser les limites théoriques du système

On le voit, le couplage des marchés "classiques" montre ses limites. Les besoins peuvent ne pas être satisfaits, alors que les capacités existent. C’est pourquoi un nouveau système est mis en place : le flow-based, c’est-à-dire fondé sur les flux réels. Il concerne la France, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas et se base sur l’échange entre les gestionnaires de réseaux de transport d’informations telles que :
  • les prévisions de consommation et de production ;
  • l’identification de lignes influencées par les échanges transfrontaliers ;
  • les aléas techniques potentiels ;
  • les parades utilisables pour soulager les lignes surveillées – un algorithme calcule alors les capacités maximales d’échange en fonction de l’ensemble des données.
Le flow-based permet ainsi de mettre au service du réseau les échanges les plus utiles, en trouvant les solutions les plus optimales entre les pays concernés. La mise en place de ce système a néanmoins nécessité une harmonisation des règles nationales qui régissent les différents réseaux intégrés. Cette optimisation physique et économique du système électrique des marchés européens a été développé notamment par RTE, le gestionnaire de réseaux de transport de l’électricité en France. Cela fait partie de ses multiples missions ! [su_list icon="icon: stop"] [/su_list]

Source de l'image à la Une : Pixabay / wilhei.

Enquete_Professionnels_et_gaz_naturel

Participez à l'enquête : les professionnels et le gaz naturel

Prenez 5 minutes pour répondre à nos quelques questions !

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie