7 avril 2016

Le stockage du gaz en gisement épuisé : comment ça fonctionne ?

Le stockage du gaz en gisement épuisé : comment ça fonctionne ?
Le gaz naturel peut être stocké de cinq façons différentes : en gisement épuisé (appelé aussi gisement déplété), en cavité saline, en cavités minées revêtues, sous forme de GNL et en nappe aquifère. Partout en Europe, le stockage dans des gisements épuisés remporte un véritable succès… partout, sauf en France. Toutefois, des projets sont en cours de réalisation.

Comment ça marche, le stockage en gisement déplété ?

Un stockage en gisement épuisé fonctionne… à peu près comme un stockage en nappe aquifère. Très concrètement, il s’agit de réutiliser d’anciens gisements d’hydrocarbures, qui ont été fonctionnels pendant plusieurs millions d’années, pour stocker le gaz naturel. Une bonne idée pour “recycler” des sites qui ont été vidés ! Ainsi, le stockage en gisement déplété est assuré au sein d’une cavité de roche poreuse. Perméable et imprégnée d’eau non consommable, elle est remplie de gaz naturel compressé grâce à l’utilisation de puits d’exploitation, des tubes métalliques d’une dizaine de centimètres de diamètre, reliant la surface à la cavité. Au fur et à mesure de l’injection, le gaz naturel, qui ne peut s’échapper, reprend la place de l’ancien gisement, sans aucune modification de l’architecture naturelle du sous-sol. En hiver notamment, le soutirage doit être réalisé en continu. Le gaz passe alors par une phase de “nettoyage” ou, pour être plus précis, de déshydratation. Les éventuelles traces de soufre sont alors également retirées. Le gaz peut alors être acheminé vers les canalisations du réseau de transport. Cette technique est notamment utilisée lors du déclenchement du Plan d’urgence gaz, en prévision de tout événement extraordinaire à même de provoquer une rupture de l’approvisionnement.

Les avantages du stockage en gisement épuisé… et les inconvénients

Très utilisé en Europe (plus de 40 % des sites de stockage !), le stockage en gisement épuisé présente certains avantages.
  • Il ne présente pas de risque de perturbation de l’environnement - en dehors des opérations de forage nécessaires -, puisqu’il repose sur une cavité ayant déjà servi à stocker des ressources naturelles.
  • Les performances du réservoir sont connues dès la mise en service : pas de (mauvaise) surprise !
En revanche, un inconvénient majeur subsiste avec ce genre de stockage : les performances peuvent être limitées par une faible porosité et une faible perméabilité. Le stockage en gisement épuisé peut ainsi paraître moins performant que le stockage en nappe aquifère. C’est sans doute l’une des raisons qui font que ce type de stockage est peu répandu en France. Il existe un site de ce genre, situé à Trois-Fontaines-l’Abbaye (dans la Marne, en région Champagne-Ardenne). Toutefois, il est mis sous cocon depuis 2012. Stocker du gaz naturel permet de prévenir les risques de pénurie, principalement en hiver. Cela garantit à tout utilisateur, du professionnel au particulier, de disposer des quantités d’énergie nécessaires. Nous vous parlerons très bientôt des autres types de stockage de gaz naturel. Source de l'image à la Une : Wikimedia commons (Eric Kounce TexasRaiser)

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie