20 novembre 2014

Audit énergétique : mode d’emploi

audit-energetique
Depuis le 1er juillet 2014, la loi impose aux entreprises dépassant certains seuils de réaliser un audit énergétique avant le 5 décembre 2015. Pas de panique ! Cette obligation a aussi du bon puisqu’elle permettra aux sociétés, à travers une plus grande efficacité énergétique, de réduire leur facture d’énergie. On vous explique !

Quelles sont les entreprises concernées ?

Toutes les grandes entreprises sont concernées par la réalisation de cet audit énergétique. Le décret du 4 décembre 2013, faisant suite à la transposition de la directive européenne du 25 octobre 2012 sur l’efficacité énergétique, l’impose en effet à toutes les entreprises présentant au moins une de ces caractéristiques : - plus de 250 salariés ; - un chiffre d’affaires annuel supérieur à 50 millions d’euros ; - un total de bilan dépassant 43 millions d’euros. Cela représente quelques 5 000 entreprises en France !

L’audit énergétique, c’est quoi ?

L’audit énergétique, à renouveler tous les 4 ans, permet à chaque entreprise de passer au crible les consommations d’énergie de ses bâtiments. Par exemple, dans le secteur industriel, les consommations liées aux processus de production. Concrètement, le rapport d’audit comprend : - une fiche d’identité énergétique (données administratives, techniques, énergétiques et financières) ; - une vue détaillée de la qualité et de la nature des bâtiments et de leurs différentes consommations ; - des propositions d’améliorations accompagnées d’objectifs d’économies d’énergie, d’estimations de retours sur investissement et d’aides financières publiques éventuelles. Ces préconisations peuvent s’appuyer, par exemple, sur des simulations thermiques dynamiques, notamment en ce qui concerne le chauffage gaz et la climatisation. Pour réaliser l’audit, les entreprises doivent faire appel à un expert “indépendant et qualifié et/ou agréé”. Il peut s’agir d’un prestataire externe ou d’un référent technique interne. Ces auditeurs doivent avoir suivi une formation dispensée par un organisme accrédité par le Comité Français de l’accréditation (Cofrac), comme l’AFNOR ou l’ADEME.

Une entreprise peut-elle être exemptée d’audit énergétique ?

Bonne nouvelle ! Vous pouvez y échapper si vous avez mis en place un système de management de l’énergie (SMé), certifié selon la norme ISO 50 001. Attention cependant, ce SMé doit être toujours valide à la date du 5 décembre 2015.

Combien ça coûte ?

Le coût de réalisation de cet audit énergétique dépend du parc immobilier dont dispose l’entreprise. Il peut être simulé sur les sites de certains auditeurs. Son prix peut aller de quelques milliers d’euros à plusieurs centaines de milliers d’euros.  Précisons que ce coût doit être rapidement amorti en appliquant les recommandations de l’audit.

Quels bénéfices pour une entreprise ?

Cette contrainte pour les entreprises présente cependant des avantages importants. L’audit, qu’une PME peut demander volontairement, permet de réaliser de substantielles économies d’énergie, et donc diminuer ses factures.

Et pour les copropriétés ?

La loi impose aux copropriétés d’immeubles bâtis avant 2001, de plus de 49 lots et équipés d’une installation de chauffage collectif ou d’une climatisation collective, de réaliser un audit énergétique avant le 1er janvier 2017. Celui-ci, valable 10 ans, doit permettre d’établir un classement énergétique et d’apporter des propositions de travaux destinés à améliorer les performances des bâtiments.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie