1 août 2014

[Interview] Le smart grid – Antoine de Broves

interview-Antoine-de-Broves-smart-grid-energy
À notre époque, où l’environnement et l’économie d’énergie sont des sujets au coeur de l’actualité, le Smart Grid apporte une alternative à l'accumulation des outils de production. Déjà considéré comme le futur de l’industrie énergétique, le Smart Grid (ou Réseau Intelligent) s’appuie sur les technologies de l’information pour optimiser la production, distribution et consommation d’électricité. Pour en parler, nous avons contacté Antoine de Broves, co-fondateur de la société Smart Grid Energy, qui accompagne les industriels dans cette transition.

Bonjour Antoine de Broves. Vous êtes co-fondateur de la société Smart Grid Energy. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre activité et sur ce qui a motivé son lancement ?

Smart Grid Energy est une entreprise, fondée en 2011, dont l'objet est l'agrégation et la valorisation de moyens de production et de capacités d'effacement (capacité à réduire sa consommation physique). Nous sommes partis du constat que pour assurer en temps réel l'équilibrage entre production et consommation d'électricité, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité (RTE) demande aux acteurs de lui soumettre des offres d'ajustement. Il y a quelques années, seuls les producteurs soumettaient de telles offres et l’équilibrage se faisait donc uniquement en sollicitant des moyens de production additionnels coûteux et souvent polluants. Nous avons envisagé de favoriser l'accès des industriels fortement consommateurs d'électricité à ce mécanisme. En acceptant de reporter ou de réduire leur consommation durant quelques heures, ces industriels rendent un service équivalent à une production supplémentaire. Un agrégateur comme Smart Grid Energy permet à des industriels d’adopter ce système sans risque de défaillance, même si leurs consommations sont discontinues. Bien entendu, nous rémunérons ces acteurs en échange de leur flexibilité. Smart Grid Energy permet également à ses partenaires industriels qui le souhaitent de valoriser leurs capacités d'effacement sur le marché de l'électricité. Smart Grid Energy a ainsi été la première entreprise à vendre un "bloc d'effacement" (NEBEF) sur le marché Spot de l'électricité en janvier 2014.

Qu'appelle-t-on "smart grid" et où les trouve-t-on ?

Le smart grid est une notion née de la rencontre de deux mondes : celui des réseaux électriques et celui des technologies de l'information. Cette alliance permet de passer d'un mode de gestion très centralisé (des grands sites producteurs alimentent les consommateurs en étant pilotés exclusivement par la demande) à un fonctionnement décentralisé (des sites de micro-production, du stockage et des consommateurs capables d’adapter leur consommation, grâce à une connaissance en temps réel de l'état du système électrique). Ces solutions sont encore en devenir car toutes les infrastructures ne sont pas prêtes et les volumes en jeu pour la part "micro-production, petits consommateurs" sont encore limités. Smart Grid Energy a choisi de se concentrer sur les aspects du smart grid qui rendent un service évident et valorisable dès aujourd'hui au système électrique : en pilotant de façon très efficace et réactive les capacités de production ou d'effacement d’un portefeuille de gros consommateurs, nous agissons pour l'équilibrage du système électrique en permanence. Il est à noter que le cadre législatif est très favorable à ces solutions de gestion "intelligentes" (ou “smart”) des contraintes sur le système électrique. Des appels d'offres spécifiques sont notamment lancés chaque année par RTE pour favoriser l'émergence des effacements. Un décret a également annoncé récemment que les externalités positives liées aux effacements (diminution du besoin en renforcement des réseaux, réduction des pertes, baisse des émissions CO2 ...) seraient bientôt rémunérées aux opérateurs d'effacement via une prime (ndlr : décret de janvier 2013 sur la loi Brottes).

Cette innovation/technologie pourrait-elle s'appliquer au marché du gaz ? Quand ?

La notion d'effacement de consommation s'applique tout à fait au monde du gaz. Tout comme sur le réseau électrique, un réglage est nécessaire pour assurer que le niveau de soutirage de gaz s'adapte à celui d'injection. En revanche, si une égalité stricte s'impose dans le domaine de l'électricité, les conduites de gaz peuvent supporter des variations de pressions. De plus, il existe de nombreux points de stockage sous-terrains de gaz naturel, qui permettent d’absorber les pics de consommation. Malgré tout, les effacements de consommation de gaz sont valorisables, en particulier lorsque des solutions de « non-consommation »  constituent des alternatives à l’utilisation de stockages plus coûteuses, ou afin de traiter des solutions de congestions géographiques. La Commission de Régulation de l'Énergie a mandaté GRT Gaz pour étudier ce type de solution pour les sites situés dans le sud-est de la France dès l’hiver prochain.

Concrètement, quels en seront les bénéfices pour les consommateurs de gaz naturel ?

Les bénéfices pour les consommateurs sont avant tout économiques. Bien que les effacements puissent occasionner des réductions d’activité ou encore des réaménagements des plannings de production, potentiellement contraignants, les bilans globaux d’exploitation des consommateurs se retrouveront améliorés grâce à l'apport financier que représente la mise à disposition des capacités d'effacement.

Recevez l'actualité du gaz et de l'énergie